De Ingeborg à Inge Borg


“La peinture d’Inge Borg ne s’analyse pas. Elle se déguste de la même manière qu’un enfant entre dans un conte de fée.”

Georges V

La façade du domicile d'Inge Borg annonce déjà la couleur et invite au plaisir esthétique. Et passée la porte d'entrée, c'est une féerie chaudement colorée qui accueille le visiteur.

Une immersion plutôt qu'une expo qu'on ne visite pas. Mais dans laquelle on circule mais dans laquelle on vit, tant les toilées colorées peuplent le moindre espace libre des murs. Et cela sans la moindre impression de surcharge.

Mieux, le visiteur en redemande de cette explosion d'une palette chaude exprimant l'appétit, la passion créatrice de cette artiste en recherche d'elle-même.

Sur fond de l'Autriche de Klimt Inge est autrichienne et ses toiles le confirment à travers la grande admiration que l'artiste voue à un certain Gustave Klimt. Sans pour autant le copier, mais en jouant comme lui sur une certaine mosaïque de la surface et la grande chaleur de teintes allant de l'or au rouge affirmé et puissant.


Une mosaïque mariant aussi des clins d'oeil tant à l'art byzantin qu'à Blandy Mathieu qui fut le mentor d'Inge avant qu'elle ne trouve rapidement le chemin de son autonomie. Une autonomie qu'elle gère aujourd'hui sur un rayon de soleil. Sur son rayon de soleil dans une démarche d'adulte plus que passionnée, heureuse de redécouvrir jour après jour la poésie des regards premiers de son enfance.

Les peintures d'Inge Borg sont à déguster à son atelier de Robelmont de 14h30 à 18h sauf le mardi